Le coaching sportif personnalisé
dans son ultime version.

L’ « HIIT » ET RATURE

  • Fred
  • Blog

Exhaustif mais sensitif.

Le High Intensity Interval Training dans toute sa splendeur.

Soleil des training, Lune des transformations, il navigue sur les océans de ses multiples bénéfices physiques et physiologiques.

Son côté trendy et actuel, son over-utilisation, son fameux « Excessive Post Exercice Oxygen Consumption » (comprendre ici, la fameuse preuve scientifique du « tu brûles 17 à 20% de calories en plus 24- 48h après la séance ») en font l’allier parfait du sport rapide, efficace et exutoire.

Et il faut préciser : un HIIT se donne, se consomme, se balance, se jette, il DOIT se situer à quelque chose près au maximum de ses capacités musculaires et cardio-respiratoires.

C’est le principe – plus de temps de travail que de repos - , son principe : il a fixé les règles, et nous conditionne à être des torches « calorivores » sorte d’ogres des fentes sautées et des stepping hyper soniques…

Mais (parce qu’il y a un « mais ») , c’est une bombe physiologique qu’il est bon d’apprivoiser, de caresser doucement dans le sens du poil, de crainte qu’il nous happe le corps et/ou le cerveau…

 

Côté obscur.

On connaissait déjà sa prédisposition à libérer, créer des lactates en grande quantité (produits organiques, mais alliés de notre énergie en secret *cchhuutt*) changeant l’acidité du corps, ce qui peut entrainer des sensations de nausées (voire des vomissements carrément : le corps cherchant à évacuer par ses propres moyens toute cette acidité), il a été découvert d’autres facettes plus méconnues du HIIT.

Aller chercher dans ses retranchements physiques aurait tendance à libérer des hormones et appuyer sur des centres nerveux directement liés aux émotions, à la sensibilité, à la sociabilité (au contraire, une séance plus douce en intensité et plus stable dans sa construction, aura tendance à développer l’attention, la mémoire, l’efficacité sorte de boost mental.)

Tous les chamboulements internes, actifs, inflammatoires, accélérant, peuvent ressembler à des symptômes du stress (car on peut délibérément parler de stress physique, psychique et émotionnel) : changement d’appétit, trouble du sommeil, fatigue, difficulté à la relaxation…

Pourtant, ne dit-on pas que l’activité physique provoque du bon stress, un côté bénéfique sur le corps ?

La limite est extrêmement fine entre fonctionnel / bénéfices et dysfonctionnel / dommages.

 

Alors, toi, l’artisan de ton bien être, voici quelques pistes à suivre pour minimiser les dérangements collatéraux !

 

  • Trouver son équilibre énergétique

Enchainer 2 séances HIIT d’affilées n’est pas la meilleure idée. Réduire la fréquence, étaler les séances, planifier, donner sa place à la récupération est aussi important que vouloir dépenser de l’énergie. Au contraire alterner HIIT et séance plus ciblée de renforcement ou de cardio moins intense amélioreront les performances, recruteront différentes fibres musculaires et stimuleront le corps plus en harmonie. Introduire de vraies régénérations, repos, activer le système nerveux parasympathique pour favoriser les réparations physiques et psychiques.

  • Relâcher les tensions

Ne pas surenchérir les effets du HIIT, c’est prendre soin de nos « à côtés » ! Travailler sur les sources de stress ambiantes et extérieures : travail, famille, liens sociaux. Agir sur le sommeil, sur la vie. L’association SPORT & ESPRIT en est une preuve d’efficacité et une solution.

  •  Repenser son retour au calme

Marcher, s’hydrater volontairement plus, re activer la circulation par des mouvements de mobilité (FLOW) et adapter son alimentation (fluide et facile à digérer) autant de petites choses simples à prévoir sur une descente en douceur après un effort intense.

  • Utiliser toutes ces nouvelles données différemment 

Planifier un HIIT avant un rendez vous amoureux, et éviter la forte intensité avant un entretien important sont des exemples… ;)

 

On se jette trop souvent dans une perspective du « tout ou rien ».

Or le HIIT se modèle, se travaille, tel le potier et son tour plein d’argile : il va falloir y mettre les mains et de cette expérience construire ton propre vase.

©Crédit photo : Bleu Carbone production- Yohann VORILLON

Pin It
5 of 5 - 2 votes
Thank you for rating this article.
  • Vues: 531

Contactez-nous

Formulaire de contact
Be On Coaching ( Bordeaux - Los Angeles - Mer & Montagne )
Crédits photos : Anaka & Mathilde Pomarez